Auteur: Tatiana de Rosnay

Edition: le livre de poche

Date de parution: 2010

Nombre de pages: 160 pages

 

Résumé

Pascaline est une quadragénaire fraîchement divorcée qui vient d’emménager dans un nouvel appartement en vue de démarrer une nouvelle vie. Elle va découvrir que dans cet appartement une jeune fille a été violée et tuée par un tueur en série. Elle va donc vouloir en savoir plus sur ce tueur en série et ses victimes. Sa vie va bousculer.

Avis

J’ai adoré ce roman. C’est un roman court pour lequel j’ai eu un véritable coup de cœur. Je me suis énormément attachée à Pascaline. L’auteur nous décrit très bien la souffrance de cette femme. On en apprend sur son passé, sur son divorce, sur sa sensibilité. J’ai eu une boule au ventre une bonne partie du livre. De plus, en lisant l’histoire de Pascaline,  j’ai pensé à quelqu’un que je connaissais. J’ai trouvé énormément de similitudes entre Pascaline et cette personne. C’est peut-être pour cela que j’ai été autant touché. On aborde le divorce, la perte d’un enfant, la souffrance de l’âme.

Je vous laisse quelques passages qui m’ont touchée.

 » Mais il n’y a pas de mots pour désigner une femme qui a perdu un enfant. Orpheline, pour celle qui perdait ses parents. Mais dans l’autre sens ça ne marchait pas. Le terme n’existait pas. Pourtant, sans la vie, ça existait. » » Et puis d’autres gens m’ont dit que de l’avoir perdu si jeune, à six mois c’était moins douloureux que si elle avait eu dix ans, ou quinze ans. […] Pour eux, elle ne me manquerait pas. Mais ils avaient tort. »  » Il a laissé Helena mourir, et il était heureux. Insouciant. Il refaisait sa vie. Il avait oublié. Il avait effacé. Comment pouvait-il être heureux? Comment pouvait-il oublier? Il n’en avait pas le droit… »

Note 10/10

Publicités