Auteur: Andrea Camilleri

Edition: Fleuve

Date de parution: 8/09/2016

Nombre de pages: 217 pages

 

Résumé

Entre crimes, regrets et trahisons, Montalbano cherche un peu de lumière dans un monde voué aux ténèbres…

Le naufrage d’un bateau de migrants tunisiens au large de Lampedusa aggrave la situation de l’île. Le ministre de l’Intérieur italien se rend sur place ; sur le chemin, il fait étape à Vigàta. Déterminé à échapper aux courbettes et rencontres officielles, le jour de sa visite, Montalbano se réfugie dans la nouvelle galerie d’art de Vigàta. Là, il tombe sous le charme, non des tableaux, mais de Marian, la magnifique propriétaire de la galerie. Ce coup de foudre menace sa relation de longue date avec Livia, tandis qu’une sombre affaire l’accapare au bureau. Un homme s’est présenté à la gendarmerie pour déclarer une agression armée sur sa femme, mais en recoupant les déclarations des témoins, Montalbano s’aperçoit que quelque chose cloche… Lorsqu’on retrouve un corps qui porte toutes les traces des sévices de la mafia, la piste criminelle est privilégiée.

C’est alors que Montalbano découvre que Marian est mêlée à de douteux trafics d’œuvres d’art. Au même moment, la police anti-terroriste intervient sur le terrain d’un squat illégal. Et Montalbano, qui voulait fuir la réalité, est rattrapé malgré lui par une histoire de trafic d’armes qui va le toucher personnellement, et de manière tragique.

 

Avis

Je remercie les éditions Fleuve pour m’avoir permis de lire ce roman.

Au début j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire surtout à cause de l’accent que prennent les protagonistes. Le commissaire Montalbano a un accent très prononcé et de ce fait, il est difficile de lire avec fluidité. Après quelques pages, je me suis habituée et j’ai pu rentrer dans l’histoire.

J’ai bien aimé l’enquête même si je n’ai noté aucune originalité que ce soit dans le déroulé de l’enquête ou dans le mobile et profil des coupables. Je pensais qu’on allait plus parler des migrants sur l’île de Lampedusa mais non. Je n’ai pas aimé le commissaire Montalbano. Il m’énervait beaucoup dans ses propos et ses comportements. Or, l’équipe qu’il forme avec ses coéquipiers est très efficace et ingénieuse.

Pour conclure, c’est un roman simple mais efficace. Il faudra un peu de patience pour passer outre les accents des personnages. C’est un style très simple mais une lecture agréable tout de même. Il se lit en une journée. Je le conseille notamment aux débutants de thrillers/policiers ou ceux qui aiment les « sagas policières » puisque le commissaire Montalbano a sa saga.

 

Note 6,5/10

Publicités