Auteur: Olivier Norek

Edition: Michel Lafon

Date de parution: 31/03/2016

Nombre de pages: 500 pages

 

Résumé

Dans la première partie, on se retrouve plonger au coeur de la prison de Marveil et on y suit le quotidien des détenus et des surveillants pénitenciers. En parallèle, Victor Coste et son équipe vont travailler sur l’enlèvement et la séquestration d’un jeune homme issu d’une famille riche. Enfin, on va suivre l’enquête sur le braquage de la salle des scellés du TGI de Bobigny.

Avis

J’ai adoré ce roman pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, la première partie dans la prison est juste époustouflante. On s’y croirait et la description des scènes semble si réelle. On y suit cette mini société où la loi du plus fort est la seule loi valable. C’est dominer ou se faire dominer. Certaines scènes sont juste horribles à s’imaginer mais c’est ce qui fait la force de ce roman.

Ensuite, on retrouve toute l’équipe autour d’un barbecue et cela nous donne envie de faire partie de cette équipe. De plus, Olivier Norek veut nous montrer que ce n’est pas qu’une équipe de policier mais bien une famille. Et cela est encore plus touchant quand on connaît la fin. Avec l’auteur rien est laissé au hasard. Toute scène est réfléchie et a des conséquences sur l’histoire et/ou le lecteur.

Puis, avec l’enquête sur le braquage du TGI, j’ai eu certains moments où j’ai trouvé cela un peu long sur le coup. On y voit la fragilité de la justice, le fait qu’une condamnation ou une libération tient à si peu. On y voit aussi le rôle d’avocats peu scrupuleux. Seulement, après réflexion, je me dis que l’auteur nous installait la scène finale et que l’ambiance s’allourdissait au fur et à mesure des pages.

Enfin, la scène finale!! Ou plutôt le dernier acte devrais-je dire!! Olivier comment avez-vous pu nous faire ça??!!! A la suite des chroniques que j’ai pu lire pendant ma lecture, je m’attendais à du lourd. Je retardais ma lecture de peur d’être mal à la fin de ce livre. Je me suis imaginée pleines de scènes différentes. Sur celles imaginées, il y en avait une où je priais que ce soit impossible. Et l’auteur avec son nez de flic a tout flairé le coup et s’est dit que ce serait génial!! 😀 Non mais…. non!!! Vous ne pouvez pas nous faire ça!! La fin est juste géniale (même si j’avais les larmes aux yeux et les poils hérissés!! MDR) Merci à l’auteur de m’avoir fait passer un si bon moment en compagnie de Victor, Johanna, Sam, Ronan et Léa.

Donc, pour conclure si vous ne l’avez pas encore compris, foncez à la librairie acheter Surtensions si ce n’est toujours pas fait.

N.B: Il peut se lire indépendamment des deux premiers tomes (Code 93 et territoires) mais si vous voulez ressentir les mêmes émotions que moi à la fin de ce roman, il vous est indispensable de faire connaissance avec l’équipe dans Code 93 et Territoires.

Note 9,5/10

Publicités