Auteur: Anders de la Motte

Edition: Fleuve noir/ Pocket

Date de parution:16/09/2015

Nombre de pages: 540 pages

 

Résumé

Les gyrophares bleus se rapprochent. La panique le gagne. Il roule vite. Trop vite. Quand sa voiture se crashe, son cerveau a déjà cédé sous la tension. Black out. David Sarac, flic au service des renseignements, se réveille à l’hôpital, le corps brisé, la mémoire amputée. Incapable de se souvenir des derniers mois écoulés. Ignorant tout de ce Janus, au centre des préoccupations de chacun, des bas-fonds de Stockholm aux plus hautes sphères de l’État. Janus. Son indic. Un criminel haut placé. Un atout maître que David supervisait en totale indépendance. Son identité, cachée dans les limbes de ses souvenirs défaillants, est l’objet de nombreux enjeux. Tous veulent savoir. Et David seul peut répondre. Mais lui-même ? Qui est-il vraiment ? Deux faces d’une même question, car Janus a plus d’un visage…

Avis

Je remercie les éditions Fleuve pour m’avoir permis de lire ce livre.

J’ai adoré me plonger dans cette intrigue et chercher avec les personnages qui est Janus. On rentre directement dans l’action avec l’accident de Davis Sarac. Etant amnésique, on tourne les pages en espérant qu’il va pouvoir retrouver la mémoire et nous en dire plus sur ce qui l’a amené là. On sait que l’auteur de tout ce remue-ménage est Janus, un informateur de Sarac. Malgré qu’il fait plus de 500 pages je n’ai pas ressenti de longueurs.

Puis, on sent que dans cette intrigue, se mêle des affaires de corruptions et de politique. Sarac va servir de bouc émissaire dans cette affaire de flics ripoux. Il va se faire mener en bateau par ses collègues.

De plus, les chapitres sont assez courts donc c’est pratique pour arrêter sa lecture et lire quelques chapitres par jour. Même si avec le travail je lis peu je prenais quand même ma liseuse pour avancer de quelques pages. 🙂

Au final, je recommande cette lecture notamment à ceux qui aiment les thrillers et d’autant plus les thrillers nordiques. On est ici dans une histoire d’indic et de flics ripoux que j’ai bien aimé.

Note 7/10

Publicités