Auteur: Romain Slocombe

Edition: Belfond

Date de parution: 09/03/2017

Nombre de pages: 224 pages

 

Résumé

Dans la campagne normande, un thanatopracteur reçoit des lettres anonymes l’invitant à un macabre jeu de l’oie. À Paris un soir de mars 1998, tandis que Guy Georges, identifié par son ADN, est sur le point d’être arrêté, la jolie étudiante Julie Coray rentre seule chez elle et se croit suivie. En Lorraine, Anne Chamberland, jeune sculptrice venue présenter une œuvre éphémère en résidence artistique, se pétrifie lorsqu’elle reconnaît, derrière les kilos accumulés, le visage de l’aubergiste qui la sert à table. Un représentant en insecticides s’invite chez un client dans l’Eure afin de lui soutirer un devis pour travaux : comment imaginer que l’homme, endetté et veuf depuis quelques jours, est capable d’un acte désespéré ?
Dans ces contes cruels sur les routes de campagne, traversés par l’instinct meurtrier et prédateur des hommes, et faisant suite au recueil de nouvelles très japonaises Route 40 (Belfond, 2016), Romain Slocombe nous replonge dans des abîmes de noirceur. Une seule règle ici : les histoires courtes finissent toujours mal…

Avis

J’ai connu cet auteur avec sa saga thriller historique « L’affaire Léon Sadorski ». J’ai les deux premiers tomes dans ma PAL. Quand j’ai vu que Netgalley proposait son recueil de nouvelles je n’ai pas hésité. Je me suis dit que cela me permettrait de découvrir la plume de cet auteur.

J’ai bien aimé la plume et le style de Romain Slocombe. J’ai lu très rapidement ce recueil. J’en garde un souvenir de lectures noires avec beaucoup d’enlèvements ou d’agressions de femmes par des hommes ressemblant plus à des bêtes qu’à des êtres humains. Romain Slocombe s’est inspiré de tueurs en série connus ou de faits divers existants. Ceci rajoute de l’horreur à l’intrigue déjà horrifique.

Ce recueil m’a donné envie de découvrir la saga « L’affaire Léon Sadorski » et m’a permis de découvrir la plume de Romain Slocombe. Donc pari réussi pour moi et pour l’auteur. 🙂 Cependant, je préfère signaler que ce recueil ne plaira pas à tout le monde ou du moins est conseillé pour un public averti et pas trop sensible aux scène de  violences.

Note 7,5/10

Publicités