Auteur: Megan Kruse

Edition: 10/18

Date de parution: 18/01/2018

Nombre de pages: 360 pages

 

Résumé

Depuis des années, Amy subit la violence de Gary. Jusqu’au jour où elle reçoit le coup de trop et décide de s’enfuir avec ses deux enfants, Jackson, dix-huit ans, et Lydia, treize ans. Premier arrêt au Starlight, motel crasseux qui va leur servir de refuge. Tous les trois s’endorment sereins et soulagés, mais au petit matin Jackson a disparu. Croyant gagner l’amour d’un père qui le rejette, il est retourné chez eux et a trahi sa mère et sa sœur en révélant à Gary l’adresse du motel. Amy se rend alors à l’évidence : si elle veut assurer sa sécurité et celle de Lydia, elle va devoir abandonner son fils. Cette séparation brise le cœur de la petite fille, très attachée à ce frère doux et différent. Jackson, de son côté, doit désormais se débrouiller seul, tiraillé entre la recherche désespérée de l’amour paternel, sa culpabilité et sa difficulté à gérer son homosexualité naissante.

Avis

J’aime beaucoup les contemporains avec les histoires de famille. Ici, avec De beaux jours à venir, cela n’a pas loupé.

Alors je vais tout de suite pointé le point négatif pour après vous expliquer ce qui m’a envoûté dans ce roman. Le seul « hic » ce sont certaines longueurs notamment dans la première moitié. En effet, j’ai moins senti cette impression de longueurs dans la deuxième partie. Sûrement grâce à mon attachement à ces trois personnages.

Que ce soit la maman battue qu’on voit comment elle en est arrivée là et le point de non retour qui la pousse à s’enfuir. Que ce soit le fils qui doit apprendre à vivre seul et découvrir comment faire avec son attirance sexuelle pour les hommes. Ou que ce soit la petite Lydia qui vit avec la culpabilité de la violence paternelle. J’ai beaucoup aimé cette famille et j’espérais que chacun y trouve une fin positive. La vie ne leur a fait aucun cadeau et ils y ont puisé une certaine force d’esprit. La relation entre eux aussi est belle malgré les épreuves et la distance.

J’ai bien également l’ambiance qui m’a fait pensé à ma lecture de Fourrure Blanche que j’ai lu récemment et beaucoup aimé. On est dans le côté pauvre et rural où règnent l’alcool et la violence des coins reculés des USA. J’ai très bien pu m’imaginer les décors et l’ambiance.

La plume de l’auteur est très belle. Je pense que les longueurs sont dues au fait que c’est un premier roman et que l’auteur a bien le droit de ne pas être parfaite dès le premier roman. 🙂

Je me pencherai sur son prochain roman avec plaisir. Je vous le recommande si vous aimez les contemporains.

 

Note 8/10

Publicités