Auteur: J.P Delaney

Edition: Mazarine/ le livre de poche

Date de parution: Mars 2017

Nombre de pages:  428 pages

 

Résumé

C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. À mesure que les retournements de situation prennent le lecteur au dépourvu, le passé d’Emma et le présent de Jane se trouvent inextricablement liés dans ce récit hitchcockien, saisissant et envoûtant, qui nous emmène dans les recoins les plus obscurs de l’obsession.

Avis

J’ai beaucoup aimé le début de cette lecture. Le sujet promettait quelque chose d’explosif et d’addictif. En effet, on se retrouve avec une alternance de point de vue et de temporalité. On y suit le point de vue de Jane qui est la locataire actuelle de cette drôle d’habitation et le point de vue d’Emma, une des précédentes locataires. La maison est très peu aménagée et comporte beaucoup de règles de vie. Je pensais partir dans un thriller psychologique où l’auteur allait nous retourner le cerveau.

Cependant, cela est parti en cacahuète à l’apparition du propriétaire Edward. Ce fut une copie mal faite de Christian Grey et le roman tourne beaucoup autour des relations qu’il a avec ses locataires….

Les personnages m’ont exaspéré tous autant qu’ils sont. Je ne me suis attachée à aucun des personnages ni à leur vie. Je ne trouvais pas les histoires crédibles et passionnantes.

Mon intérêt pour ce roman a été en decrescendo pour arriver à une fin…. sans surprise ni attrait particulier. La plume n’a rien d’originale et j’ai eu beaucoup de moment d’ennui dans ma lecture.

Je le recommande aux personnes qui aiment les romances avec un peu de suspense et de « thriller ». Pour ma part, je ressors déçue de ma lecture et je ne pense pas lire d’autres romans de cet auteur.

Note 5/10

Publicités