Auteur: Aurélie Valognes

Edition: Mazarine

Date de parution: 24/03/2018

Nombre de pages: 325 pages

 

Résumé

Jean 6 ans , se retrouve confié à sa grand-mère, lors de la séparation de ses parents, en 1968. Sa mère part à Paris pour trouver un emploi et reviendra le chercher. Il se retrouve chez mémé Lucette, et une formidable histoire d’amour va se dérouler entre ces deux êtres qui vont apprendre à se connaître, à cohabiter et à s’aimer.

Avis

J’avais très hâte de découvrir cette auteur très appréciée sur la blogosphère. Cela s’est vu lors du temps d’attente pour les dédicaces lors du SMEP en Juin dernier.

J’en attendais énormément et c’est peut-être cette attente qui m’a fait que j’ai pas eu un coup de cœur pour ce roman. J’avais placé la barre beaucoup trop haute.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a énormément fait penser à la relation que mon père avait avec sa grand-mère. Celle-ci est décédée il y a un an tout juste et cette lecture s’est donc avérée difficile à lire. Le thème m’a beaucoup touché. J’ai fini ce roman avec la gorge serrée. Mamie Lucette restera gravée longtemps dans ma mémoire.

De plus, se retrouver dans les années 60-70 m’a beaucoup plus et m’a permis de découvrir un peu plus cette période. (notamment l’arrivée de l’électroménager et la gestion des grossesses non désirées) Je ne m’étendrais pas sur ce sujet même s’il y a des choses à dire là-dessus mais j’aurai trop peur de spolier….

On sent que l’auteur a des enfants et arrive très bien à retranscrire les sentiments et les paroles de Jean. Je m’imaginais aisément l’histoire que nous conte ce petit gars. On est touché par ce petit garçon qui cherche sa place dans sa famille, dans son école, dans la société,… C’est un enfant intelligent, avec une belle force de caractère perpétuellement en recherche d’affection de la part de sa mère notamment.

La plume de l’auteur est simple et rappelle la tendresse qu’utilise Virginie Grimaldi dans ses romans.  Même si l’intrigue est triste, la plume de l’auteur permet d’alléger la lourdeur du thème et nous permet de transformer ce livre en roman feel good.

Je lirai de nouveau un Aurélie Valognes si l’occasion se présente.

Note 8/10

Publicités