Auteur: Xavier-Marie Bonnot

Edition: Belfond

Date de parution:4/10/2018

Nombre de pages: 397 pages

 

Résumé

Que la guerre est belle ! Mensonges, tout ça. Dans les tranchées de la Grande Guerre, le sergent Philippe Moreau dessine les horreurs qu’il ne peut dire. Son chef, le sous-lieutenant Guillaume de Kostrowitzky, écrit des articles, des lettres et des poèmes qu’il signe du nom de Guillaume Apollinaire. La guerre, comme une muse tragique, fascine l’auteur d’Alcools.

Pour Philippe Moreau, jeune paysan de Champagne, elle est une abomination qui a détruit à jamais son village. Blessés le même jour de mars 1916, les deux soldats sont évacués à l’arrière et se perdent de vue. Philippe Moreau va tout faire pour retrouver son lieutenant. Une quête qui l’entraîne jusqu’à Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, où il croise Cendrars, Picasso, Cocteau, Modigliani, Braque…

 

Avis

C’est mon troisième livre de l’auteur que je lis. J’aime beaucoup la plume et le travail fourni par l’auteur. A chaque fois, il change de style et cela permet au lecteur d’être agréablement surpris à chaque nouvelle lecture.

Ici, on démarre dans les tranchées de 14-18 avec Guillaume Apollinaire et son sergent Philippe Moreau. J’ai beaucoup aimé en apprendre davantage sur la vie dans les tranchées et sur les relations entre nos personnages. J’ai trouvé ce livre très instructif. J’aurai adoré lire un tel livre au collège ou lycée. J’ai commencé ce livre le 11 Novembre et cela m’a permis de me mettre encore plus dans l’ambiance. J’ai beaucoup aimé suivre ces deux personnages à la vie totalement différente durant les 4 ans qu’ont duré la première guerre mondiale. J’ai eu ma préférence pour le sergent Moreau. Apollinaire est plus en fond qu’au premier plan.

Je ne connaissais pas la vie de ce célèbre poète.  J’ai appris beaucoup de choses grâce à ma lecture. 

Je le conseille pour ceux qui aiment les romans sur la Grande guerre et pour les fans de Guillaume Apollinaire. 

Note 7/10