Auteur: Franck Bouysse 

Edition: La manufacture de livres

Date de parution: 10/01/2019

Nombre de pages: 416 pages

 

Résumé

« Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile ». – Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? Demandais-je. – Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés. – De quoi parlez-vous ? – Les cahiers… Ceux de Rose. Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquelles elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

Avis

C’est mon 3ème livre de l’auteur et encore une fois j’ai été embarquée. Même si ce sont des one shot dans l’intrigue, tous ses romans sont liés par une même thématique. Le Mal (mâle?) est toujours présent et traverse les siècles. Comment vous dire qu’il est assez difficile d’aimer son prochain (surtout les hommes) après des lectures comme celles-ci!!

Ici, on se retrouve vers le 19è siècle (rien est dit mais on en déduit selon les éléments descriptifs de l’époque). On y suit l’histoire de Rose qui a retranscrit sa vie dans des carnets. Cette histoire est très dure. J’en avais les tripes nouées et la nausée tout le long de son récit. C’est tellement bien écrit. On alterne de points de vue afin de nous rendre omniscient.

Rose vient d’une famille très pauvre où tous les enfants sont des filles. Le père va décider de vendre Rose pour essayer de faire vivre le reste de la famille. On va y suivre notamment son point de vue. Cela va nous permettre de voir le cheminement de cet homme que j’ai eu du mal à détester malgré son geste.

On y suit également Edmond qui est le témoin silencieux et impuissant de toute cette violence et cette misère. Le portrait que Franck Bouysse nous en fait est difficile à détester. On y comprend au fur et à mesure son silence. Et puis, nous aussi on est témoin impuissant de cette histoire après tout… Aurait-on pu faire mieux qu’Edmond à sa place?

Quant à Rose, comment ne pas être admirative de ce bout de femme. (de petite fille même vu qu’elle est vendue à l’âge de 14 ans…) On est plongé au cœur de son histoire terrible. C’est une femme tellement forte et pleine de courage. Elle m’a beaucoup rappelé Tama de Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel. Je crois même l’avoir préféré peut être du à son évolution….

Et n’oublions pas les bourreaux de Rose. Ils sont abjects et tellement bien décrits par l’auteur. Ils sont la pire version de l’être humain. Même si à ce stade on peut se demander où est leur humanité. Même les animaux ont l’ait moins cruel et « animal » que ce duo de « personnes ».

Bon j’ai juste un bémol qui fait que ce n’est pas parfait…. Bah oui faut bien être critique jusqu’au bout. J’ai été un peu déçue par la fin qui est certes très bien et espérée. Cependant, j’ai trouvé que les actions et rebondissements se sont enchaînés trop vite contrairement au reste de l’histoire. J’ai du la relire une deuxième fois et en parler avec une amie pour être sûre de n’avoir rien loupé. J’ai quitté trop brutalement Rose et son histoire.

Quand je vous disais dans ma vidéo point lecture sur Glaise que Franck Bouysse était le maître du polar rural!!! Mais là je ne suis pas prêt d’oublier Rose et son histoire. D’ailleurs d’avoir lu ce roman, m’a permis de voir ma lecture de Glaise différemment et de me rendre compte qu’il m’avait marqué plus que je ne le pensais au départ. Il ne me reste que Plateau à lire….

Comment vous dire qu’il est inutile d’en dire beaucoup plus!! J’ai juste envie que vous y plongez tous et toutes même si je mets un avertissement aux personnes trop sensibles. Je l’ai lu en 24h mais j’ai du faire des coupures pour m’aérer l’esprit et le corps. J’avais peur de finir à l’asile comme Rose sinon…

Note 9/10

Publicités