Auteur: Amélie Antoine

Edition: XO edition

Date de parution: 7/03/2019

Nombre de pages: 378 pages

 

Résumé

Deux familles ordinaires à l’heure de la rentrée scolaire.
Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres.
Chez les Kessler, la mère a retrouvé son premier amour.
Chez les Mariani, le père est mis à l’écart dans son entreprise.

Deux familles où règnent les secrets.
Où, sans que personne ne s’en aperçoive, un enfant est
progressivement démoli par un autre. Harcelé, rabaissé, moqué au quotidien.
Détruit dans le silence et l’aveuglement le plus complet.

Deux familles où, en apparence, tout va bien.
Jusqu’à ce que tout déraille…
Pour des raisons obscures.

Avis

J’avais très hâte de découvrir ce nouveau roman d’Amélie Antoine. J’avais adoré Fidèle au poste et Quand on a que l’humour (= les silences), un peu moins son roman intitulé les secrets. Ici, j’ai eu beaucoup plus de mal. J’ai mis une dizaine de jours à le lire. C’est parce que je connais la plume de l’auteur que j’ai persisté mais sinon je pense que cela aurait un abandon.

J’avais très peur d’écrire cette chronique car je ne savais pas comment m’exprimer sur ce que j’avais ressenti. (ou plutôt non ressenti)

Tout d’abord le roman se découpe en deux parties distinctes où on alterne les points de vue à chaque fois entre les deux familles. La première est du point de vue des parents. La deuxième, des deux adolescentes. On les suit pendant l’année scolaire 2017. Contrairement à beaucoup de monde, la deuxième partie m’a plombé ma lecture. Le twist du milieu qui peut être prévisible si vous lisez la 4e de couverture ne m’a pas convaincu. Certes le sujet est terrible et pour lequel je suis sensible. Or, je ne sais toujours pas expliqué pourquoi je n’ai rien ressenti pour ses deux jeunes filles et leur famille dans l’ensemble. Et si je ne m’accroche pas à au moins un protagoniste c’est assez difficile pour moi d’aimer ma lecture.

Les événements de la première partie participent par effet boule de neige à l’aggravation des événements de la deuxième partie. En effet, les actes des uns ont des effets sur ceux des autres.  Le lecteur peut se demander: si les parents avaient agi autrement dans la première partie; la fin aurait elle été différente?

Petit hors sujet mais j’étais scotchée par la précision de l’auteur sur le quotidien d’une adolescente diabétique sous pompe. Avec mon métier, j’en côtoie tous les jours et j’ai bien eu l’impression que la jeune fille du roman était une de mes patientes. Cela est si peu abordé dans les romans que je tenais à le souligner. Cela peut permettre à certains de se sentir moins seuls dans leur maladie.

Bizarrement, contrairement à d’habitude je vous conseillerais de le tenter quand même malgré mon avis plutôt négatif. Je pense que le problème vient de moi et que vous pouvez l’adorer. Ce serait dommage que je ne vous conseille pas de lire ce roman au thème fort. Je lirai sans hésiter le prochain roman de l’auteur.

Note 6/10

Publicités