Tu ne seras plus mon frère de Christian Blanchard

De Christian Blanchard, j’avais pas du tout aimé Iboga et adoré Seul avec la nuit. J’étais donc curieuse de voir si j’allais aimé Tu ne seras plus mon frère. De plus, le résumé m’intriguait beaucoup car le sujet abordé m’intéresse fortement.

Que raconte Tu ne seras plus mon frère de Christian Blanchard ?

2011, Syrie. Kasswara et Kamar, deux frères franco-syriens auparavant très unis, découvrent que l’amour fraternel n’est parfois pas assez fort. Quand le printemps arabe éclate, leurs divergences prennent le dessus. L’un rejoint la rébellion, l’autre demeure un fervent défenseur du régime de Bachar el-Assad.

Il n’y a plus de frères maintenant mais deux camps.

Tu ne seras plus mon frère mais un ennemi à éliminer.

2019, France. Florence Dutertre, assistante sociale, supervise le retour des « lionceaux du califat ». Ces enfants de djihadistes français ont grandi dans des camps syriens sous le commandement de Daech. Bombes à retardement ou jeunes innocents ? La question ne semble pas se poser pour le sniper qui les exécute un par un à leur arrivée sur le territoire. Terriblement choquée, Florence est pourtant prête à tout pour sauver ces enfants auxquels on a appris à compter avec des grenades…

Qu’ai-pensé de ma lecture sombre et engagée sur la guerre en Syrie ?

J’ai dévoré cette lecture en deux jours. Le sommeil a été le seul obstacle qui m’a empêché de lire ce roman d’une traite. Je me suis directement attachée à cette famille de franco-syrien que la guerre va séparer et diviser.

Des sentiments et des réflexions diverses m’ont bouleversé lors de ma lecture. J’ai du laissé reposer mon avis pendant quelques jours pour réussir à mettre des mots sur ces ressentis et réflexions.

C’est assez compliqué de donner son point de vue sur une guerre qui reste actuelle. Malgré notre société ultra-connectée, nous savons peu de choses réellement sur ce qui s’est passé et se passe encore dans ce pays. Les retours qu’on a sont souvent biaisé de notre point de vue occidental et difficile d’avoir un avis objectif sur la situation. Selon les personnes, chacun donnera son point de vue. C’est ce que j’ai aimé de cette lecture. J’ai appris beaucoup de choses sur ce qu’il s’est passé (ou non) et j’ai senti que l’auteur s’est beaucoup renseigné pour l’écriture de son roman.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Kasswara. Il reflète très bien ce déchirement vécu par beaucoup de syriens et de franco-syriens. Le fait qu’il ait la double nationalité rajoute de la difficulté à ce qu’il vit et ressent. Le personnage, tout comme notre regard sur la société syrienne va évoluer tout le long du roman. Certains de ses actes sont criminels et impardonnables, certes mais il est impossible à la fin de ce roman de ne pas s’attacher à cet homme. En refermant le livre, les deux questions qui restent incontournables sont : « Qu’aurai-je fait à sa place ? Qu’aurai-je pensé de lui si c’était mon frère ou mon fils ? « 

Il explique avoir eu cette idée après le visionnage d’une émission télévisée sur les lionceaux du Califat. C’est aussi un sujet qui reste tabou et dont on évite de parler. Qui sont ces enfants élevés (et même nés pour certains) au sein de Daesh et de la propagande islamiste ? Que deviennent-ils ? Seront-ils marqués et dangereux à vie ? Pouvons-nous les aider à se déradicaliser lorsqu’ils ne seront plus sous la coupe islamiste ? Cette lecture m’a apporté des connaissances sur l’historique et le déroulé de cette guerre mais beaucoup de questions et de réflexion.

Pour moi, c’est aussi cela une bonne lecture. C’est quand un auteur aborde un sujet qui nous apporte de nouvelles connaissances, qui nous instruit mais qui ouvre aussi à la réflexion et à l’ouverture des autres. Sans apporter de jugement, Christian Blanchard nous apporte différents point de vue. On y suit à la fois, l’armée de Bachar mais aussi l’armée syrienne libre, Daesh et la prise en charge des français qui reviennent de là bas. (surtout les enfants)

Alors, je recommande ou non la lecture de ce roman noir ?

Je sais que le sujet de la guerre en Syrie est un sujet sensible qui ne plaît pas à certains. Donc, si le sujet vous intéresse, que vous souhaitez en savoir plus ou passer un très bon moment de lecture je vous recommande ce livre. Par contre si les sujets de radicalisation ou de guerre vous dérange, cela risque fortement de vous déplaire.

Il me reste Angkar de cet auteur à lire. Et je pense qu’après ma lecture de Tu ne seras plus mon frère de Clanchard Christian, il ne va pas tarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *